Annonce

Réduire
Aucune annonce.

TER Rhône-Alpes

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Simlaurent
    a répondu
    Est-ce que quelqu'un sait s'il est prévu pour 2011 d'améliorer les correspondances à Valence ville pour les relations Grenoble-Valence-Avignon ?
    Parce que là avec les horaires 2010, c'est médiocre à catastrophique en fonction du moment de journée.

    Laisser un commentaire:


  • Thor Navigator
    a répondu
    Bonjour,
    Les TGV Genève-Midi utiliseront un sillon catalogue Genève-Lyon Part-Dieu à fréquence bi-horaire (à usage également TER si besoin), créé avec la refonte de 2011. Ces évolutions induiront des reprises en cascade entre le Nord, Lyon et la façade méditerranéenne (sur des TGV IS, des TER PACA et LR, ainsi que du Fret). Ces modifications sont la conséquence de la refonte globale mise en place avec le Haut-Bugey (SNCF-Voyages et les CFF auraient préféré le statu-quo sur cette relation).

    L'interversion des missions Paris-Savoie via SAG et via Bourg n'est pas envisageable, notamment du fait de conflits sur Lyon-Grenoble (pour mémoire : la trame TGV nationale est bâtie sur un pas de 2 h, compte tenu des besoins et de l'économie des dessertes). Une solution est recherchée en conservant uniquement l'arrêt Bourg sur le 6585 (qui aura un tracé hors du sillon catalogue au-delà mais le TER Lyon-Genève positionné derrière le TGV sera également dans ce cas, du fait d'un arrêt supplémentaire à Seyssel sjmsb) et en reportant l'arrêt Mâcon sur un autre train (pas un Lyria). La faisabilité de cette solution reste toutefois conditionnée au montage du graphique (sous responsabilité CFF) entre La Plaine et Genève, où doit s'insérer un RER cadencé. Il est encore trop tôt pour conclure sur ce point.

    Horaires Bourg-Oyonnax
    hormis sur Brion-Oyonnax (où les VL demeurent pour l'heure inchangées par rapport à la situation antérieure, à ma connaissance), les relèvements réalisés entre Bourg (exclu) et Brion ont bien été pris en compte... comme la circulation des TGV Paris-Genève qui imposeront des croisements aux TER... ces derniers devant s'insérer dans la trame TGV qui n'a aucune marge d'adaptation (et qui constitue déjà un compris avec bien des insuffisances, acceptée faute d'autre solution par les EFs), pour des raisons déjà évoquées. Il y aura donc inévitablement des croisements en ligne, plus nombreux qu'avant la modernisation de la ligne. A Nurieux, la voie côté BV destinée aux TER sera accessible à VL30 (les sillons ont dû être tracés sur cette base)... Enfin, les marches sont prévues en X73500, matériel aux performances correctes mais néanmoins pas aussi véloce que les BGC tricaisses, en particulier dans les sections à forte rampe présentes sur cette ligne. Il est possible aussi que les sillons catalogue aient été établis en ne retenant que des arrêts d'une minute, là où l'exploitation antérieure comportait quelques stationnements de 30" (largement suffisants dans les petites haltes, avec des automoteurs le permettant, cas des ATER ou des AGC). Mais ce dernier point joue probablement à la marge comparativement aux contraintes d'insertion dans la trame TGV et à Bourg (cisaillements + tronc commun pour l'accès aux voies A/B/C).

    TGV 6816/7 et Metz/Strasbourg-Montpellier
    Ce dossier a connu plusieurs évolutions au cours des études menées à l'été 2008. Le 6816/7 devait initialement être avancé de 2 h avec suppression de l'arrêt Valence (le départ de 11h07 étant utilisé par le MZ-NE 5198/9) reporté sur un autre train. Ce décalage s'est avéré impossible et il obligeait à reprendre une nouvelle fois l'horaire du Talgo auquel il donne correspondance à MPL. La solution de repli trouvée fut de monter les 6816/7 et 5462/3 en bitranche... en adoptant un tracé autonome pour le Genève lorsque le Metz est en UM depuis Dijon.

    Le 5462/3 était visé avec une arrivée à Lyon à 13h01 au lieu de 12h57 pour le sillon catalogue (je n'ai plus la raison exacte en mémoire : c'est lié il me semble aux contraintes de montage au nord de Dijon ou dans cette zone géographique). La desserte de Valence TGV n'était pas envisagée pour ce train, compte tenu de celle existant déjà dans l'environnement horaire, et du fait de l'impossibilité d'arrêter le train de sens contraire, coincé devant le 5180/1 MSC-Lille (on remarquera au passage, l'horaire très médiocre du 5464/5 avec une marche domestiquée de 10' entre MPL et NI et 14' d'arrêt à Lyon pour faire la jointure des deux sillons catalogues...), d'où le départ à 13h11 dans le sillon catalogue IS Lyon-Montpellier (TGV sans arrêt à VCV).

    Le 5462/3 a finalement été tracé par la LGV entre Mâcon et Lyon, d'où une arrivée devant le 6816 et un stationnement allongé... L'obligation de circuler séparément en plein été n'aurait dans tous les cas pas permis de conserver l'arrêt Valence durant cette période.

    Christian

    Laisser un commentaire:


  • Jérôme
    a répondu
    [2] Aujourd’hui le 6816 circule ainsi Genève 13h44 – Lyon 16h16/28 – Montpellier 18h50 étant très pénalisé par des travaux qui s’achèvent aujourd’hui. Habituellement son horaire est Genève 11h17 – Lyon 12h55/13h07 – Montpellier 14h57. Le 6866 fait Montpellier 13h56 – Lyon 15h50/56 – Genève 17h35. Ces 2 TGV desservent Valence TGV et Nîmes.
    Justement, sur ce point, il y a changement en 2010.
    Le TGV 6817 est retardé de 4 min au départ de Lyon et jumelé hors PE avec le nouveau 5463 issu de Metz (qui a 16 min d'arrêt à Lyon, 12 min pour le 6817 !).
    Ce qui a pour conséquence de supprimer l'arrêt à Valence.
    Si un spécialiste peut nous expliquer pourquoi le départ ne reste pas à 13.07 avec arrêt à Valence (8 min pour l'accorche à Lyon, ça suffit...). Peut-être tout simplement parce qu'il y a le 5317 à 12.37 et le 5319 à 13.37 pour aller de Lyon à Valence... Mais ça fait deux ans que c'est comme ça !

    Laisser un commentaire:


  • Léman-Express
    a répondu
    Bonsoir,

    En regardant la grille projet TER Haut-Bugey et celle du service d'été 2005, je me suis rendu compte que le temps de parcous d'un omnibus Bourg - Oyonnax est identique en 2005 et au SA2011 : 58' !

    Comment ont été calculées les marches pour le SA2011 ? Avec une vitesse relevée et de manière non négligeable sur deux bon tiers du parcours, je m'étonne de ne pas constater de gain de temps, au moins de l'ordre de 8 ou 9'.

    Vincent

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    Merci à Christian pour ses explications.

    Légère aparté à propos du transport des sièges vides entre Clelles et Grenoble. En regardant les chiffres de fréquentation donnés lors des comités de ligne, on constate la chose suivante : avec 8 A/R ferroviaire (+ 1 A/R routier), la fréquentation reste très faible. Elle est inférieure à celle de la ligne Bourg – Oyonnax où ne circule aujourd’hui aucun train. La situation 2011 pourrait être perçue comme une aberration (ou du moins un traitement inégal entre le Trièves et le Haut-Bugey) puisqu’il devrait y avoir 9 A/R ferroviaire entre Clelles et Grenoble et 5 A/R ferroviaire entre Bourg et Oyonnax.

    Pour les TGV Lyon – Genève, leurs horaires 2011 seront très contraints. Il est par exemple hors de question de reconduire le TGV de 18h04 pour Genève car c’est un sillon TER pour Annecy. Si le sillon est conservé en aval de Lyon, ce TGV pourraît être envoyé à Dijon ou Metz (sous réserve qu’on dégage un sillon soit entre Part-Dieu et St Germain-au-Mont-d’Or, qu’il puisse dépasser en ligne le TER 886030 ou bien qu’il puisse emprunter la LGV).
    Sauf erreur de ma part, les sillons cadencés restant disponibles entre Genève et Lyon, pour les TGV Genève – Midi de la France sont les suivants. (Entre parenthèses indications des origines ou des destinations actuelles utilisées au-delà de Lyon.
    Genève 8h41 – Lyon 10h21/37 (Toulouse)
    Genève 10h41 – Lyon 12h21/37 (Marseille)
    Genève 12h41 – Lyon 14h21/37
    Genève 14h41 – Lyon 16h21/37 (Marseille)
    Genève 16h41 – Lyon 18h21/37 (Marseille)
    Genève 18h41 – Lyon 20h21/37
    Lyon 7h20/30 – Genève 9h14[1]
    (Marseille) Lyon 9h20/30 – Genève 11h14
    (Marseille) Lyon 11h20/30 – Genève 13h14
    (Marseille) Lyon 13h20/30 – Genève 15h14
    Lyon 15h30 – Genève 19h14
    Lyon 19h30 – Genève 21h14
    (Montpellier) Lyon 21h20/30 – Genève 23h14
    Donc pas de sillon pour ou venant de Nice. Mais comment se porte les OD Genève – Côte d’Azur, face à la concurrence des compagnies aériennes à bas coûts entre Cointrin et Nice ? Pour Montpellier, seul un sillon par sens est compatible, mais à des horaires très éloignés des TGV actuels 6816 et 6866[2]. Pour Marseille, des possibilités existent, mais là aussi à des horaires des très éloignés des TGV actuels[3]. On ne peut pas recourir des TGV bitranches sur Lyon – Genève et la ligne Lyon – Grenay est saturée, donc on ne fera pas des coupes/accroches à Valence TGV à destination ou en provenance de Genève, tant que Lyon – Ambérieu n’aura pas été modernisé.

    Pour analyser la nouvelle desserte Paris – Genève, il faut effectivement tenir compte des arrêts intermédiaires pour l’impact de la clientèle qui les utilisent. Ces suppressions d’arrêts ajoutés à l’itinéraire du Haut-Bugey plus court, à un temps de correspondance réduit à Bellegarde permet de réduire de 30 minutes presque tous les trajets Paris – Annemasse.

    ANALYSE TGV PAR TGV

    Sens Genève - Paris
    • Arrivée Paris 9h03 (LàV) : l’ajout d’un arrêt à Nurieux limite le gain de temps induit mécaniquement par un passage sans croisement par le Haut-Bugey. Cela devrait quand même permettre de décaler à 5h48 le départ de Genève (au lieu de 5h35). Cela ouvre une correspondance avec le premier train arrivant depuis Lausanne à 5h39 à Cornavin. Ca ne m’étonnerait pas que cet arrêt à Nurieux fasse polémique dans les mois à venir. C’est clairement un arrêt doublon avec le TER Oyonnax – Bourg que va créer la Région pour donner correspondance sur ce même TGV en gare de Bourg. Il est même à supposer que l’arrêt pourrait être supprimé au service 2012 en invoquant une sous fréquentation. C’est sûr que Nurieux aura toujours moins de clients que Genève, Bourg ou Bellegarde. La population de l’arrondissement de Nantua est de 87 000 habitants (dont une partie est plus proche de la gare de Bellegarde). Celui de Bourg compte 334 000 habitants (tous n’iront évidemment pas prendre le TGV à Bourg, mais à Lyon). Par ailleurs ce TGV va-t-il aussi circuler le samedi ?
    • Arrivée Paris 10h07 (LàV) : ce TGV partant d’Annecy aura un arrêt supplémentaire à Bourg.
    • Arrivée Paris 10h49 (Q) : suppression de l’arrêt à Bourg (8h56). Les Bressans devront avancer leur départ à 8h09 (LàV) ou le retarder à 10h09 (SD).
    • Arrivée Paris 12h07 (SD) : je suppose qu’un arrêt à Bourg sera créé sur ce TGV partant d’Annecy. D’ailleurs un participant du comité de ligne à soulever la problématique de l’arrivée à Paris depuis Oyonnax le dimanche matin.
    • Arrivée Paris 12h49 (Q) : suppression de l’arrêt à Bourg (10h56). Les Bressans auront sans doute un TGV à 10h09 (SD), mais en semaine rien avant 11h49.
    • Arrivée Paris 13h45 (périodicité ?) : Création. 1° TGV de renfort desservant Bourg à 11h49. A noter que ce TGV ne figurait que sur les documents du comité de ligne d’Oyonnax. Par ailleurs ce TGV semble incompatible avec le TGV partant de Paris à 8h09.
    • Arrivée Paris 14h49 : ce sillon n’est pas utilisé. Vraisemblablement, cela s’explique par la plage de surveillance de la LGV (entre les TGV 6616 et 6618 arrivant respectivement à Paris à 14h07 et 15h03). C’est dommage car cela supprime la correspondance avec à Bellegarde avec le TER Annemasse 11h15 – Lyon 13h21.
    • Arrivée Paris 15h45 (périodicité ?) : Création. TGV de renfort desservant en principe Bourg à 13h53. A noter que ce TGV ne figurait pas sur les documents du comité de ligne d’Oyonnax.
    • Arrivée Paris 16h07 (Q) : arrêt créé à Bourg à 14h09 selon les documents du comité de ligne d’Oyonnax. L’arrêt de 2 TGV à Bourg avec un intervalle si faible semble peu probable. Soit le TGV arrivant à 15h45 ne verra pas le jour (créant un creux de 3h depuis Genève), soit le TGV arrivant à 16h07 n’aura pas d’arrêt à Bourg.
    • Arrivée Paris 16h49 (Q) : arrêt Bourg supprimé à 14h54. Les Bressans auront sans aucun doute un TGV à 13h53 ou à 14h09.
    • Arrivée Paris 17h45 (périodicité ?) : Création. TGV de renfort desservant en principe Bourg à 15h53. A noter que ce TGV ne figurait pas sur les documents du comité de ligne d’Oyonnax.
    • Arrivée Paris 18h49 (périodicité ?) : Création.
    • Arrivée Paris 19h45 (Q) : Ce TGV dessert Mâcon TGV actuellement. Il dessert aussi Bourg (SD à partir du 01.05 avec dans ce cas une arrivée retardée à Paris). L’arrêt à Mâcon TGV n’est pas prévu dans la trame cadencée de RFF pour 2011. Néanmoins, il peut se faire en ne créant pas celui de Mâcon. L’arrêt à Bourg à 17h53 paraît indispensable d’autant que le TGV suivant perd son arrêt à Bourg. Cet arrêt figure d’ailleurs sur la présentation faite à Oyonnax. Sinon, il n’y aurait plus de TGV pour Paris à Bourg entre 15h53 (qui serait alors le dernier TGV le samedi) et 20h09. Pour Mâcon TGV, l’arrêt pourrait être reporté sur des TGV voisins (6126, 6216 ou 6628, 6198 avec des inconvénients à la clé).
    • Arrivée Paris 20h49 (LàV) : Les arrêts à Culoz et Bourg (18h56) sont supprimés. Ce TGV va-t-il devenir quotidien ?
    • Arrivée Paris 22h07 (DàV) : création d’un arrêt à Bourg à 20h09.
    • Arrivée Paris 22h49 (Q) : suppression de l’arrêt à Bourg à 20h56.
    • Arrivée Paris 23h45 (V) : Création. Arrêt à Bourg à 21h53. Ce TGV aurait peut-être aussi une clientèle le dimanche. Par ailleurs ce TGV semble incompatible avec le TGV partant de Paris à 18h09.

    Sens Paris – Genève
    • Départ 7h09 (Q) : arrêt à Bourg (9h01) supprimé.
    • Départ 8h09 (périodicité ?) : création. Arrêt à Bourg à 10h00.
    • Départ 9h09 (LàV) : pas d’arrêt à Bourg.
    • Départ 9h50 (Q) : création d’un arrêt à Bourg à 11h46.
    • Départ 11h09 (Q) : arrêt à Bourg (13h01) supprimé.
    • Départ 13h09 (DàV) : arrêt à Bourg (15h01) supprimé.
    • Départ 13h50 (Q) : création d’un arrêt à Bourg à 15h46.
    • Départ 15h04 (Q) : ce TGV mérite réflexion. Faut-il le rétablir à 15h09 ? Faut-il maintenir l’arrêt à Mâcon TGV ? Faut-il supprimer ou maintenir l’arrêt à Bourg ? L’arrêt à Mâcon TGV doit pouvoir être basculé sur le TGV 6619.
    • Départ 16h09 (périodicité ?) : création. Arrêt à Bourg à 18h.
    • Départ 17h09 (périodicité ?) : création. Le TGV 6295 devra être repositionné.
    • Départ 17h50 (DàV) : arrêt à Bourg à 19h46.
    • Départ 18h09 (Q) : création d’un arrêt à Nurieux.
    • Départ 19h09 (Q) : arrêts à Mâcon TGV, Bourg et Culoz supprimés si le TGV circule dans la trame cadencée de RFF. L’arrêt à Mâcon à TGV pourrait être reporté sur un autre TGV (6629/6689 ou 6219) ou le départ avancé à 19h04. Lors de la présentation faite à Oyonnax, ce TGV est marqué avec un arrêt à 21h à Bourg. Or cela est incompatible avec une arrivée à Genève à 22h14 et incompatible également avec le Lyon 20h34 – Genève 22h25 / Evian 23h22. Dans cette configuration l’arrêt à Bourg semble irréalisable sur le plan technique à moins d’avancer le départ à 19h04 à Paris et de ne pas desservir Mâcon.
    • Départ 20h09 (V) : création. Arrêt à Bourg à 22h. Ce TGV aurait peut-être aussi une clientèle les autres jours de la semaine. En JOB, les derniers départs pour Toulon et Montpellier sont respectivement à 20h15 et 20h19. Ils arrivent à leur terminus plus tard que ne le fera le 20h09 pour Genève.

    Pour solutionner le cas du 19h09, j’émets l’hypothèse du renforcement de la desserte Paris – Annecy via Bourg (au détriment du via St Exupéry). Le 16h50 pourrait passer et s’arrêter à Bourg à 18h46, puis desservir Aix à 19h49 et Annecy à 20h26. Il pourrait être en UM pour desservir Chambéry à 20h05 puis continuer jusqu’à Turin (vers 22h) ou Milan (vers 23h). Un arrêt à Bourg à un tel horaire permettrait en plus de donner correspondance avec un train quotidien à 19h02 pour Oyonnax. Cela permet de dégager un sillon entre Grenay et Chambéry, qui serait très utile à TER Rhône-Alpes. On pourrait alors prolonger à SAG le TER 887347 voire arrêter à La Tour du Pin le TER 17651. (Il n’y a pas de TER au départ des gares lyonnaises pour La Tour du Pin entre 17h45 et 18h41). L’arrêt du TGV à St Exupéry pourrait peut-être reporté sur le TGV 6921 ou le TGV 6121.
    Le Paris 17h50 – Annecy passerait lui par St Exupéry et desservirait désormais Chambéry. Le Paris 18h09 – Genève 21h25 s’arrêtant alors à Bourg. L’arrêt à St Exupéry du 6923 serait alors supprimé.
    Le Paris 18h50 – Annecy passerait et s’arrêterait à Bourg à 20h46, puis desservirait Aix à 21h49 et Annecy à 22h26. Pour Chambéry, une correspondance TER devrait être organisée à Aix. L’arrêt du TGV à St Exupéry pourrait peut-être reporté sur le TGV 6925 ou le TGV 6135.

    [1] Ce sillon pourrait aussi être utile au Lunéa Hendaye – Genève s’il survit encore au service 2011. A moins qu’il ne prenne le sillon Lyon 6h30 – Genève 8h14.

    [2] Aujourd’hui le 6816 circule ainsi Genève 13h44 – Lyon 16h16/28 – Montpellier 18h50 étant très pénalisé par des travaux qui s’achèvent aujourd’hui. Habituellement son horaire est Genève 11h17 – Lyon 12h55/13h07 – Montpellier 14h57. Le 6866 fait Montpellier 13h56 – Lyon 15h50/56 – Genève 17h35. Ces 2 TGV desservent Valence TGV et Nîmes.

    [3] Il s’agit des TGV 6806 (Genève 8h17 – Lyon 10h01/07 – Marseille 11h47), 6818 (Genève 13h44 – Lyon 15h31/37 – Marseille 17h17/29 – Nice 19h55), 6886 (Nice 13h29 – Marseille 15h57/16h10 – Lyon 17h50/18h04 – Genève 19h42), 6874 (Marseille 19h09 – Lyon 20h50/56 – Genève 22h33).

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    FOCUS TGV PARIS - ANNEMASSE
    La desserte TGV par le Haut-Bugey a été présentée lors des comités de ligne. Elle se caractérise par une correspondance systématique à Bellegarde (en 19 à 21 min suivant le sens) entre les TER Annemasse – Lyon cadencés aux 2h et les TGV Genève – Paris (qui sont cadencés aux 2h avec arrêt unique à Bellegarde). Cela met Annemasse à 3h32 de Paris. Bellegarde sera désormais à 2h37 de Paris.
    Les horaires de départ[1] et d’arrivée à Paris des TGV existants sont conservés. La plupart des arrêts à Bourg-en-Bresse sont supprimés.
    Comparaison des gains de temps entre l’itinéraire via Culoz et via Nurieux :

    - Arrivée Paris 9h03 : 7 minutes depuis Annemasse (départ 5h28 au lieu de 5h21)
    - Arrivée Paris 10h49 : 33 min depuis Annemasse (départ 7h15 au lieu de 6h44)
    - Arrivée Paris 12h49 : 31 min depuis Annemasse (départ 9h15 au lieu de 8h44)
    - Arrivée Paris 16h49 : 31 min depuis Annemasse (départ 13h15 au lieu de 12h44)
    - Arrivée Paris 20h49 : 31 min depuis Annemasse (départ 17h15 au lieu de 16h44)
    - Arrivée Paris 22h49 : 31 min depuis Annemasse (départ 19h15 au lieu de 18h44)
    - Départ Paris 7h09 : 25 min pour Annemasse (arrivée 10h42 au lieu de 11h07)
    - Départ Paris 9h09 : 29 min pour Annemasse (arrivée 12h42 au lieu de 13h11)
    - Départ Paris 11h09 : 30 min pour Annemasse (arrivée 14h42 au lieu de 15h12)
    - Départ Paris 13h09 : 30 min pour Annemasse (arrivée 16h42 au lieu de 17h12)
    - Départ Paris 15h04 : 30 min pour Annemasse (arrivée 18h42 au lieu de 19h12)
    - Départ Paris 18h09 : 22 min pour Annemasse (arrivée 21h47 en TER au lieu de 22h10 en car)
    - Départ Paris 19h09 : 35 min pour Annemasse (arrivée 22h42 au lieu de 23h15)


    [1] Les arrivées restent à la minute 49 en heures impaires. Les départs se feront à la minute 09 (minute 10 aujourd’hui).

    Laisser un commentaire:


  • Thor Navigator
    a répondu
    Bonsoir,
    informations à manier avec prudence, car les montages horaires n'ont pas encore passé l'étape de la validation technique entre réseaux et les montages TER dans la zone de Bellegarde pas terminées (au niveau des études s'entend) et des ajustement en volume sont encore possible (en fonction de l'évolution de la conjoncture... et des essais à réaliser courant 2010). Exemple illustratif : le 6585 dessert aujourd'hui Mâcon TGV et Bourg en Bresse; dans la version présentée ici, il s'inscrirait "parfaitement" dans le catalogue de sillons RFF/CFF... i.e. qu'il ne desservirait plus ces deux gares (dans le cas contraire, le sillon serait en conflit avec le dernier Lyon-Genève, sans possibilité de repositionnement acceptable, à moins de continuer à le fairer transiter via Culoz). Or il semble difficile (et peu souhaitable) de dégrader la desserte de Bourg en avançant le dernier départ à 17h50 (le Paris-Chambéry de 19h50, création de 2008, est un TGV des VE). On a ici une illustration des limites du raisonnement "systématique"... sauf à arrêter les trains partout (et encore, pas sûr que le graphique tourne, de cette manière). Un minimum de souplesse dans la déclaison sur 24 h reste nécessaire. De toute manière, il est encore un peu tôt pour parler "grille horaire", de mon point de vue, de manière publique bien sûr... tout n'étant pas stabilisé.

    Pour mémoire, les sillons Paris-Genève "lents" (ceux qui desserveront Bourg et devraient s'arrêter pour croiser à Nurieux) sont incompatibles entre eux du fait de l'évolution du projet, en particulier de la signalisation en gare de Bellegarde (point déjà abordé, je n'y reviens pas). Qui plus est, ils sont communs avec les TER Lyon-Genève (toutes les deux heures)... Cela explique pourquoi ils sont au final si peu nombreux (Lyria aurait souhaité une desserte de Bourg un peu plus riche, même si ce n'est pas son "fond de commerce" principal).

    Dans le sens pair, les missions rapides des TGV Lyria mettront 3h08.

    Les gains de temps devraient faire état des évolution de desserte : quand un arrêt intermédiaire est supprimé, l'offre n'est plus vraiment comparable. C'est le cas de la majorité des missions "rapides" qui ne desserviront plus que Bellegarde (elles sont bien moins nombreuses aujourd'hui). A noter que les contraintes d'insertion sur la partie suisse pourront conduire à des temps de parcours allongés pour quelques TGV.

    Les TGV Lyon-Midi doivent effectivement être repositionnés (car sinon ils deviennent incompatible avec plusieurs missions TER RA)... ce qui n'est pas sans poser de problème... entre Marseille et Nice d'une part, Manduel et Montpellier d'autre part (d'autant qu'il n'est pas prévu de sillon catalogue TGV de/vers MPL dans le noeud 30 de Part-Dieu, dans la trame horaire actuelle, dont la structure de base remonte au SA 200.

    Pour le Sillon alpin, oui c'est en gros la situation que tu as décrite.

    Christian
    Dernière modification par Thor Navigator, 04 December 2009, 18h03. Motif: grammaire

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    La desserte TGV par le Haut-Bugey a été présentée lors des comités de ligne. Elle se caractérise par une offre cadencée aux 2h avec arrêt unique à Bellegarde. Cela met Genève à 3h05 de Paris. Bellegarde sera désormais à 2h37 de Paris. Elle est complétée par quelques renforts qui desserviront également Bourg-en-Bresse. Les TGV de renforts n’auront pas d’arrêts commerciaux à Nurieux, contrairement aux annonces faites lors du comité de ligne de Bellegarde. Malgré tout Nurieux aura 1 A/R (arrivée Paris 9h03 voir plus loin).
    Les horaires de départ[1] et d’arrivée à Paris des TGV existants sont conservés. La plupart des arrêts à Bourg-en-Bresse sont supprimés.
    Comparaison des gains de temps entre l’itinéraire via Culoz et via Nurieux :

    - Arrivée Paris 9h03 : 15 minutes depuis Genève, 12 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 10h49 : 26 min depuis Genève, 21 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 12h49 : 24 min depuis Genève, 20 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 16h49 : 24 min depuis Genève, 20 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 19h45 : 13 minutes depuis Genève, 15 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 20h49 : 24 min depuis Genève, 20 min depuis Bellegarde
    - Arrivée Paris 22h49 : 24 min depuis Genève, 20 min depuis Bellegarde
    - Départ Paris 7h09 : 20 min pour Genève et Bellegarde
    - Départ Paris 9h09 : 17 min pour Genève et 16 min pour Bellegarde
    - Départ Paris 13h09 : 20 min pour Genève et Bellegarde
    - Départ Paris 15h04 : 22 min pour Genève et Bellegarde
    - Départ Paris 18h09 : 7 min pour Genève et Bellegarde
    - Départ Paris 19h09 : 32 min pour Genève et Bellegarde


    [1] Les arrivées restent à la minute 49 en heures impaires. Les départs se feront à la minute 09 (minute 10 aujourd’hui).

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    Les comités de ligne continuent de se dérouler. Voilà donc un nouveau point sur les futures dessertes de 2011.
    A noter que tout n'est pas figé.

    Il semblerait que les conséquences du Haut Bugey ne soient pas limités aux dessertes évoquées dans le document ci-joint.

    Par ailleurs que vont devenir les 3 TGV Genève - Sud de la France. Leurs horaires actuels sont largement incompatibles car l'organisation de la desserte 2011. Bref, ils devraient au moins changer significativement d'horaires.
    Fichiers attachés

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    Si je comprends bien, en 2011 on devrait avoir :
    - des TER de MR Valence - Annecy (4 avec une tranche Genève avec coupe / accroche à Aix et sans arrêt entre Bellegarde et Aix) : avec arrêts à Valence TGV, Valence ville, Romans, St Hilaire, St Marcellin, Moirans, Grenoble, Gières, Pontcharra, Montmélian, Chambéry, Aix, Grésy, Rumilly et Annecy (sans oublier des arrêts pour croisement à Lovagny, Marcellaz, Bloye) et donc un temps de parcours supérieur à celui pratiqué en 2010.
    - des TER IC Grenoble - Valence ville : avec arrêts à Romans et Valence TGV en un peu moins d'1h.

    Au passage dans le même temps, on continue à transporter des sièges vides entre Clelles et Grenoble. M. Leras a obtenu un nouvel A/R. Ainsi il y aura en 2010, 9 A/R entre Grenoble et Clelles. Va falloir maintenir trouver une nouvelle clientèle à ces trains. Grenoble - Gap aura 7 A/R en 2010 contre 3,5 A/R sur Grenoble - Genève (par exemple).

    Laisser un commentaire:


  • Thor Navigator
    a répondu
    Objectivement, tout n'est pas à mettre sur le dos du Haut-Bugey (mais ça permet de dire que c'est de la responsabilité de l'Etat et du TGV...).

    Le principe d'avoir des dessertes séparées de maillage et IC entre Annecy et Valence (avec les IC sur Genève), c'est la traduction même du schéma de desserte cible souhaité par la Région qui sert de base à l'élaboration progressive du cadencement TER en Rhône-Alpes depuis 2005. Idem pour les dessertes séparées Lyon-Annecy et Chambéry (de manière à améliorer les temps de parcours de/vers Annecy). C'est tout le paradoxe entre discours sur le cadencement et le systématisme des dessertes... et le principe de réalité économique qui conduit à retenir en fait des adaptations (nécessairement différentes de la trame cadencée), moins coûteuses à produire (le train bi-tranche Lyon-Annecy/Chambéry par exemple, via SAG ou Ambérieu). La refonte initialement retenue pour 2011 (et qui avait fait l'objet d'une longue préparation technique) cherchait également à tirer parti des aménagements réalisés sur le Moirans-Romans, en se rapprochant du SDMT. Les IC devraient finalement être limités au parcours Grenoble-Valence, en 2011... L'essentiel des améliorations concernera donc les relations de/vers Lyon, et dans une moindre mesure Grenoble-Valence. On a un peu l'impression que vu de la capitale (ici c'est Lyon, dans bien d'autres circonstances c'est Paris), les priorités de développement portent plus sur les relations radiales (cf. le niveau d'offre aujourd'hui atteint Lyon-Grenoble par exemple) que sur les transversales, fussent-elles à forts enjeux. C'est tout de même regrettable, de mon point de vue.

    Christian

    Laisser un commentaire:


  • Didier RA
    a répondu
    Je reprends ici le message de Thor Navigator traitant du SA 2011.
    Sur Genève-Valence, je ne suis pas certain que l'offre soit améliorée vu la reprise tardive de la trame horaire réalisée par le consultant suisse travaillant pour RFF, à la demande de la Région, et non encore finalisée (on devrait retrouver des dessertes proches des trains de maillage régional actuels, entre Genève/Annecy et Valence, avec des temps de parcours très moyens et des arrêts intermédiaires à Montmélian et Pontcharra, notamment). Par contre, le projet initial prévoyait une réelle accélération des dessertes avec la mise en place des TER IC Genève/Annecy-Valence assez performants, conformément au SDMT (schéma des dessertes à moyen terme) du Conseil régional. Hélas, le Sillon alpin semble avoir fait les frais de l'augmentation importante les km-trains qui résultait de cette refonte d'offre de 2011 (vu que sur d'autres OD comme Lyon-Chambéry/Annecy, il n'était pas possible de conserver le schéma antérieur... donc l'augmentation d'offre ici inévitable).
    Aux dernières infos publiques, l'arrivée du TGV par le Haut-Bugey implique mécaniquement 900 000 trains km supplémentaires dixit la Région. Cela représente un effort équivalent à 2 ans de création de trains (hors l'année du cadencement). La Région ne peut pas suivre financièrement.
    Pour la desserte Lyon - Genève et Haute-Savoie, les choses semblent bien calées. La desserte s'améliore significativement de côté là.
    L'horaire 2011 ne permet pas de passer les TER Lyon - Annecy par Chambéry. Heureusement du point de vue usagers, ça permet de gagner du temps sur les parcours Aix - Lyon et Annecy - Lyon. On devrait donc augmenter un peu le nombre d'A/R Annecy - Lyon ne passant pas par Chambéry. Départ de Part Dieu à la minute 04 et arrivée à Part Dieu à la minute 47 pour un temps de parcours d'1h50 environ. Il vaudrait mieux tendre vers 1h40/45 quitte à ne pas avoir un horaire cadencé au départ et à l'arrivée d'Annecy. Les liaisons Annecy - Lyon se feront en Corail cadencé à l'heure en pointe. Les Z2 devraient donc disparaître des relations Annecy - Lyon dont la fréquentation ne cesse de progresser (+10%, à +15% par an sans parler du grand attrait de ces trains pour la clientèle d'Ambérieu).
    Pourquoi la possibilité de généraliser le bitranche Lyon - Chambéry / Annecy via Ambérieu avec coupe / accroche (ou correspondance) à Aix n'a-t-elle pas été retenue ? Ainsi on va cadencer à l'heure Lyon - Chambéry via Pont-de-Beauvoisin, alors qu'on sait très bien que la structure actuelle n'est pas satisfaisante sur le plan de la ponctualité (croisement systématique à Pont-de-Beauvoisin, impossibilité de desservir à la fois La Tour du Pin et Bourgoin, Lépin et St Béron, saturation de la ligne Grenay - Lyon).
    Sur le sillon alpin, seuls les horaires de Chambéry - Genève ont été présentés.
    Dans l'hypothèse IC, les TER Annecy - Valence avaient-ils un arrêt à Rumilly ? Il était question que ces TER IC circulent dans les sillons TGV libres entre Annecy et Chambéry. Dans l'option MR, les TER Annecy - Valence auraient paraît-il un temps de parcours relativement épouvantable entre Annecy et Chambéry (départ à la minute d'Annecy 38, cf. le temps de parcours du TER du 6h38 actuel).
    Dernière modification par Didier RA, 28 November 2009, 18h19.

    Laisser un commentaire:


  • Léman-Express
    a répondu
    Bonjour,

    Le comité de ligne n°14 (Annecy/La-Roche-sur-Foron/St-Gervais et la-Roche-sur-Foron/Genève) se déroulera à Annecy le mercredi 13 janvier 2010 à 18h30.

    Vincent

    Laisser un commentaire:


  • CC 6575
    a répondu
    Globalement, ça me parait plutôt pas mal. Par contre il n'y aurait rien entre 6h 34 et 8 h 34 pour monter sur Culoz et Bellegarde. Si tel est le cas il serait peut-être judicieux de refaire arrêter le corail lunea 4678 Hendaye - Genève à Culoz et Bellegarde puisque la correspondance à Lyon-Part-Dieu de 7 h 04 pour ces directions n'existera plus.
    Dernière modification par CC 6575, 15 November 2009, 17h58.

    Laisser un commentaire:


  • G.E.
    a répondu
    OK, merci pour les explications.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X