Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le premier opérateur ferroviaire de proximité voit le jour à La Rochelle

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le premier opérateur ferroviaire de proximité voit le jour à La Rochelle

    07/12/2009

    Le premier opérateur ferroviaire de proximité voit le jour à La Rochelle

    Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports, annonce la création du premier Opérateur ferroviaire de proximité (OFP) : Navirail Atlantique. Cette société anonyme au capital de 2 millions d'euros est détenue à 51% par le port maritime de La Rochelle et à 49% par la SNCF. Navirail desservira les clients en Poitou-Charentes et se raccordera au réseau ferré national à partir de la gare de Saint-Pierre-des-Corps. « L'objectif est de développer un réseau de transport écologique alternatif à la route, en relançant le fret ferroviaire qui a vu sa part passer de 42% en 1984 à 14% en 2007, et en la ramenant à 25% à l'horizon 2022 » a déclaré Dominique Bussereau. Il a également rappelé que les ports étaient au centre de la politique de relance du fret ferroviaire. Il a donc installé le Conseil de coordination interportuaire de l'Atlantique réunissant les ports de Bordeaux, Nantes et la Rochelle.

    (AFP, France 3 Poitou-Charentes, France Bleu Poitou, BFM, 04/12/2009, La Tribune, 05/12/2009, Les Échos, 07/12/2009)

    ---

    [MétroPole] Bus, métro, RER, tram - Paris & Île-de-France

  • #2
    Salut,

    Ya un truc que j'ai du mal à comprendre, la SNCF doit passer par une autre entreprise en y participant à 49 % pour faire du FRET de proximité ???

    Excusez moi, mais j'ai l'impression qu'il y a un sérieux malaise...

    @+

    Flav

    Commentaire


    • #3
      Salut,

      c'est la reconnaissance de l'échec de la politique commerciale sur le plan local de la part de Fret SNCF, et l'aveu indirect de l'inadaptabilité de la gestion de l'entreprise sur les petites dessertes. Mais il ne faut pas le crier trop haut sur les toits! Les OPF permettent de passer outre en laissant à leurs dirigents une plus grande liberté 'entrepreneuriale' et on les libérant de l'emprise des stratégies décidées au plus haut niveau. Théoriquement on pourrait y parvenir même sans capitaux extérieurs. Mais comme ça au moins l'OPF est bien enraciné dans son contexte ce qui favorise l'accomplissement de sa mission.

      Cordialement, Pierre

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par flav39 Voir le message
        Salut,

        Ya un truc que j'ai du mal à comprendre, la SNCF doit passer par une autre entreprise en y participant à 49 % pour faire du FRET de proximité ???

        Excusez moi, mais j'ai l'impression qu'il y a un sérieux malaise...

        @+

        Flav
        on se demande alors à quoi sert sa filiale VFLI, et la filiale de VFLI, Fertis ?

        peut être à faire des grands parcours sur le RFN, avec des locs aux couleurs de la SNCF (22200 / 27000 / 63500 / 66000 / etc.), avec des mécanals VFLI payés au lance-pierre, plutôt que d'utiliser la palanquée de mécanals Fret inutilisés ??

        bizarre...
        SNCF = TITANIC !

        Commentaire


        • #5
          Salut,

          VFLI était effectivement au départ destiné aux dessertes locales et a connu certains succès en ce domaine (Landes et Morvan). J'ai néanmoins l'impression que depuis deux ans, c'est devenu un véritable cheval de Troie dans le groupe qui préfigure la filialisation complète et la fin du "cheminot Fret SNCF". Combien de temps avant que Naviland Cargo, STVA ou Transcéréale embauchent leurs propres mécanos (déjà que certaines ont des mécanos SNCF dédiés!) à leurs conditions?

          Quant aux OFP, ce sera sûrement le cas... En même temps, ils sont clairement créés dans le but de mettre un terme aux freins organisationels, règlementaires et sociaux de la grande maison.
          Vive le thermique...et les 6500!

          Commentaire


          • #6
            Salut,

            sur les Landes et le Morvan, VFLI n'a rien créé de neuf et n'a pas innové, mais simplement enchaîné sur l'exploitation de VFL (voies ferrées des Landes) respectivement les CFD pour le Morvan. Mis à part ça ils ont eu la vocation d'arracher les marchés sur l'exploitation de ITE et de réseaux industriels à CFD, CFTA et leurs filiales. Là non plus des exploits n'ont pas été accomplis.

            VFLI était en fait une sorte d'instrument pour renforcer encore le monopole de la SNCF, et grâce à cette filiale, la SNCF avait pu atteindre la part de marché la plus importante de son histoire dans le fret ferroviaire français, au moment de l'ouverture à la concurrence. Les discours qui voulaient faire croire que VFLI avait comme mission de pérenniser les dessertes locales ne furent que du sable dans les yeux des cheminots SNCF pour que la pillule de la création d'une filière 'low-cost' au sein de la SNCF même passe mieux. Car c'est bien ça le rôle de VFLI comme TRAM21 et Alex l'ont dit. Parfois les grands réseaux eux mêmes excellent davantage dans le dumping social à travers de leurs filiales que leurs compétiteurs privés. C'est par exemple le cas de la DB: aucun cheminot n'est volontaire pour signer auprès de l'une des filiales régionales 'low cost', alors qu'il y a tout de même beaucoup de cheminots qui démissionnent à la DB pour travailler auprès des EF privées.

            Cordialement, Pierre

            Commentaire


            • #7
              Salut,

              sur les Landes et le Morvan, VFLI n'a rien créé de neuf et n'a pas innové, mais simplement enchaîné sur l'exploitation de VFL (voies ferrées des Landes) respectivement les CFD pour le Morvan.
              Olivier pourra préciser mieux que moi mais s'il est vrai que la "base de départ" existait déjà, VFLI a réellement innové et développé des trafics dont les opérateurs antérieurs (VFL et CFD) vivotaient à peine... VFLI auréait été crée 10 ans plus tôt, on verrait peut-être encore des trains à Mimizan.

              Les discours qui voulaient faire croire que VFLI avait comme mission de pérenniser les dessertes locales ne furent que du sable dans les yeux des cheminots SNCF pour que la pillule de la création d'une filière 'low-cost' au sein de la SNCF même passe mieux.
              La pilule n'est jamais passée, les cheminots SNCF ont toujours (dans leur majorité) été hostile au principe même d'une EF autre que la leur. Cà s'applique aux OFP en général et à VFLI en particulier... C'est en tous cas ce que j'ai pu ressentir au cours de discussion professionnelles ou personnelles avec des agents SNCF.

              Parfois les grands réseaux eux mêmes excellent davantage dans le dumping social à travers de leurs filiales que leurs compétiteurs privés. C'est par exemple le cas de la DB: aucun cheminot n'est volontaire pour signer auprès de l'une des filiales régionales 'low cost'
              Sauf que la DB pratique une certaine cohercition sur ses cheminots réfractaires : vous ne voulez pas signer un nouveau contrat de travail pour le réseau local de Stuttgart, sur lequel vous travaillez depuis dix ans? Très bien, vous êtes muté à Hamburg (et un ou deux ans plus tard à Berlin, à Emden ou à Francfort).

              d'un autre côté, il faut arrêter de rendre les EF privées responsables d'un dumping social... Dans le monde du transport, il y a longtemps que la route l'a imposé, c'est pour çà qu'elle a tué les EF nationalisées...
              Vive le thermique...et les 6500!

              Commentaire


              • #8
                dans le cas de la ligne Mimizan - Labouheyre, la SNCF porte une très lourde part de responsabilité dans sa fermeture, en considérant comme "wagons isolés" des rames qui faisaient entre 200 et 500 T !

                par ailleurs, le département des Landes est tout aussi responsable car, étant propriétaire de l'infrastructure, celui-ci a préféré (déjà, à l'époque !) construire une piste cyclable sur une partie du parcours, le coût de construction de ladite piste cyclable correspondant à de nombreuses années d'exploitation ferroviaire, en prenant en compte la valeur du dernier déficit d'exploitation !

                malheureusement, une grande évolution de l'état d'esprit des cheminots SNCF reste à faire : actuellement, et à beaucoup de niveaux : du grand dirigeant à l'exécution, le cheminot SNCF estime que tout ce qui n'est pas "SNCF" est à considérer comme un ennemi, que ce soit des hommes, des idées, des concepts ou du matériel...

                la SNCF semble très mal vivre ce qui ressemble fort à une fin de règne absolu dans le ferroviaire français... on le perçoit bien dans les rapports difficiles entre les élus responsables des AOT (Régions, STIF) et les responsables SNCF TER ou autres...
                SNCF = TITANIC !

                Commentaire


                • #9
                  Salut,

                  actuellement, et à beaucoup de niveaux : du grand dirigeant à l'exécution, le cheminot SNCF estime que tout ce qui n'est pas "SNCF" est à considérer comme un ennemi
                  Comme je l'avais souligné dans un autre post, je ne trouve pas çà choquant, c'est humain : les dirigeants voient les pertes de part de marché, surtout compris sur des trafics rentables et les cheminots voient se profiler la fin de leurs "zakis", ce qui arrivera tôt ou tard (et je pense y compris pour les jeunes embauchés sous statut SNCF ces dernières années)... Reste quand même qu'il semble probable que la survie même du fret ferroviaire soit à ce prix.

                  La libéralisation du fret ferroviaire en Europe, et c'est un fait maintenant qu'on a suffisament de recul dans certains pays, s'est avréré un succès en terme de part de marché et de nombre de circulation et un échec social patent (enfin, çà dépend de quel côté on se place!).
                  Vive le thermique...et les 6500!

                  Commentaire


                  • #10
                    certes...

                    on peut dire que les syndicats SNCF ont raté le coche de la libéralisation du fret, en ne négociant pas des conditions de travail absolument identiques pour les conducteurs, quelle que soit l'EF...

                    en refusant tout compromis, les syndicats SNCF ont "permis" aux nouveaux entrants d'amener leurs règles, sans rapport avec le RH 0077, mettant ainsi les roulants SNCF en grave porte à faux...

                    ce qui permet à la SNCF de faire du dumping social, via VFLI, par exemple...

                    les dirigeants SNCF et les ultralibéraux de tout poils ont alors eu beau jeu de claironner que le conducteur SNCF coûte trop cher, sans chercher à savoir si le poids d'une direction SNCF hypertrophiée ne pesait pas sur le calcul de rentabilité des conducteurs SNCF, par rapport aux autres EF...
                    SNCF = TITANIC !

                    Commentaire


                    • #11
                      Bonsoir,

                      Pour revenir sur le nouvel OFP, sait-on pour quand sont prévus les premiers services ? Je pense qu'il y a encore beaucoup de démarches à faire ...

                      Guillaume

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X