Annonce

Réduire
Aucune annonce.

GB : La ligne de la côte Est ré-nationalisée

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • BP
    a répondu
    Un petit point sur la situation de National Express et de la East Coast Mainline :

    Le gouvernement vient d'annoncer que la franchise de National Express pour le réseau de East Anglia (National Express East Anglia, connue auparavant sous le nom de 'One') allait être terminée prématurement en mars 2011 (alors qu'elle aurait pu se poursuivre jusqu'en 2014), suite à la perte de la franchise de la East Coast Mainline par la même société National Express. Il ne reste plus maintenant à National Express que la franchise c2c (qui se termine normalement en 2011 et pour laquelle il est probable que NX ne resoumissionne pas) : BBC News - National Express loses East Anglia rail franchise.

    Du côté de la East Coast Mainline, auparavant exploitée par National Express East Coast, c'est maintenant l'entité 'Directly Operated Railways', une société détenue par le ministère des transports qui exploite temporairement la ligne depuis mi novembre sous la marque 'East Coast'. Situation qui devrait durer jusqu'en 2011, le temps qu'un nouvel appel d'offre de franchise soit fait.

    Laisser un commentaire:


  • BP
    a répondu
    Hello,

    Envoyé par bertie63 Voir le message
    Bien sûr, excuse moi pour ma rédaction erronée. Je crois cependant, mais tu pourrais me le confirmer, que, lors du renouvellement de matériel, les opérateurs avaient leur mot à dire dans le choix du matériel, mais je ne sais pas dans quelle proportion.
    Ils ont bien leur mot à dire, la proportion dépend des commandes et des franchises, selon que la commande de matériel intervient au début, en cours de franchise ou à la fin. Virgin par exemple s'est beaucoup impliquée à l'origine dans les Pendolino (qu'elle considère comme "ses" trains), mais beaucoup moins dans l'allongement des Pendolino plannifié actuellement (par ajout de 2 vehicules) puisqu'il va intervenir après la fin de sa franchise.
    Je ne sais pas pour le cas particulier du renouvellement du matériel de Connex, mais d'une manière générale, les franchises ne sont quand même impliquées qu'à la marge, le contrôle du processus de définition du matériel restant du ressort du ministère des transports (dans le système actuel), cf. le montage du projet Intercity Express (d'ailleurs dans ce projet, National Express East Coast a été impliqué en tant que franchise future utilisatrice du matériel, et on voit où on en est maintenant...). Cette implication à la marge est logique vu qu'une franchise est une structure éphémère qui a en général une durée de vie inférieure à celle du matériel roulant ferroviaire qu'elle utilise, il y a donc nécessité d'une structure qui a une vision à plus long terme sur le matériel et qui prend les décisions (la SRA et maintenant le DfT), de même que sur l'organisation du cascading du matériel entre franchises lors de la livraison de matériel neuf.

    Les franchises s'impliquent plus (financièrement et spécifications) dans les opérations de rénovations lourdes du matériel qu'elles utilisent.

    Laisser un commentaire:


  • bertie63
    a répondu
    Envoyé par BP Voir le message
    ..... nouvelles rames (qui n'ont pas été achetées par Connex mais par une ROSCO comme tout le matériel GB ou presque) ...
    Bonjour Benoît

    Bien sûr, excuse moi pour ma rédaction erronée. Je crois cependant, mais tu pourrais me le confirmer, que, lors du renouvellement de matériel, les opérateurs avaient leur mot à dire dans le choix du matériel, mais je ne sais pas dans quelle proportion.

    Laisser un commentaire:


  • BP
    a répondu
    Envoyé par bertie63 Voir le message
    Merci de ces précisions toujours bienvenues, en particulier chez nous où les conditions de fonctionnement du système anglais sont particulièrement mal connues et trop souvent l'objet de désinformation sur la quelle je ne m'étendrai pas.
    C'est sûr les chemins de fer privatisés britanniques ont fait et font beaucoup fantasmer de ce côté-ci de la Manche, parfois simplement par méconnaissance du système (assez compliqué) des franchises, parfois pour des raisons moins avouables...

    J'avais à l'époque été amené a effectuer une synthèse de cette affaire que je trouvais particulièrement significative de phénomènes de désinformation organisée et de manipulation de l'opinion. La campagne contre Connex s'était donc appuyé sur les problèmes rencontrés dans le domaine, comme tu le dis, de la qualité de service, se traduisant par une image catastrophique auprès des utilisateurs et de la presse. Mais j'écrivais alors:

    "On notera cependant le point suivant: à la grande stupéfaction de ceux qui réclamaient cette mesure depuis longtemps, ce ne fut pas au nom de la mauvaise qualité de son service que Connex perdit sa franchise, mais pour une question peu claire de mauvaise tenue de ses livres comptables.On a la très nette impression que si l'on s'en était tenu au manque de respect de ses obligations de service, Connex aurait été en mesure de contre-attaquer en montrant que ses résultats n'avaient rien de déshonorant par rapport à ceux de ses confrères des autres réseaux."

    Il va sans dire que, constituant, pour la dernière phrase, une interprétation personnelle, celle-ci est évidemment discutable
    Non tu as raison les performances de Connex en matière de quatité de service (ponctualité en particulier) n'étaient pas pire que celles de certaines autres franchises en prenant les indices de performances mesurés officiellement et le motif de suspension de franchise (et pour les deux franchises de Connex) a bien été d'ordre comptable effectivement (sans doute parce que comme tu le dis c'était moins facilement opposable par Connex). Par contre, à relire la presse de l'époque, les reproches que faisait la SRA à Connex sur sa gestion financière y sont exposés au même titre que les problèmes de production de Connex eux-mêmes (qui étaient tout de même bien rééls), je ne suis pas sûr qu'il y ai eu surprise de ce côté-là. Par contre, les problèmes rencontrés lors de la mise en service des nouvelles rames (qui n'ont pas été achetées par Connex mais par une ROSCO comme tout le matériel GB ou presque) remplaçant les antiques rames à portières latérales ont été bien montés en épingle aussi et eux n'étaient pas principalement le fait de Connex qui a un peu servi de bouc émissaire de ce point de vue là. D'ailleurs les franchises sont ensuite restées dans le domaine public le temps que la situation s'améliore pour ce qui était du renouvellement du matériel roulant (ce qui a permis de rendre les appels d'offres de retour au privé plus attractifs).

    Mais le cas des problèmes de la franchise de la ECML est un peu différent, le ministère ne reproche pas à National Express East Coast ses performances d'exploitation ni sa gestion financière mais le non versement de dividendes contractuels. Il sera plus difficile pour le ministère de faire porter le chapeau de l'échec actuel au franchisé. Surtout que c'est la deuxième fois en 3 ans que l'exploitant de ce qui est sensé être la franchise la plus rentable de GB doit jeter l'éponge. Une certaine remise en cause des méthodes d'attribution des franchises par le ministère, en particulier le mode de partage des recettes ou des pertes de l'exploitant, semble inévitable. Et dans un contexte de stagnation ou de progression faible de la fréquentation et des recettes, ça veut dire que l'état devra réduire ses exigeances de dividendes et mettre plus la main à la poche en matière de subventions.
    Dernière modification par BP, 06 July 2009, 14h18.

    Laisser un commentaire:


  • bertie63
    a répondu
    Envoyé par DENY84 Voir le message
    Hello a Tous,

    Pour l'histoire de la Connex, ca a ete monte en epingle par les media. Les elus ont ete "obliges" de faire quelque chose. De plus, d'apres mes collegues de bureau, la seule explication plausible de l'annulation du contrat est qu'un grand nombre de hauts fonctionnaires du DfT habitent le sud de Londres et souffraient quotidienement des problemes de regularite et de fiabilitie des services exploites par la Connex (principalement liee au materiel hors d'age...). Ceux-ci aurrait donc fait payer tres cher la Connex en lui supprimant la franchise...
    Bonjour Deny

    Merci! cela confirme l'analyse que j'avais faite du comportement des médias dans cette affaire. On peut ajouter que les matériels modernes achetés par Connex pour remplacer le matériel hors d'age n'avaient pu être mis en service, le réseau électrifié en 3° rail ne pouvant supporter les nouveaux besoins énergétiques. Des centaines (je crois) de rames avaient ainsi dû être stockées sans emploi

    Laisser un commentaire:


  • DENY84
    a répondu
    Hello a Tous,

    Pour l'histoire de la Connex, ca a ete monte en epingle par les media. Les elus ont ete "obliges" de faire quelque chose. De plus, d'apres mes collegues de bureau, la seule explication plausible de l'annulation du contrat est qu'un grand nombre de hauts fonctionnaires du DfT habitent le sud de Londres et souffraient quotidienement des problemes de regularite et de fiabilitie des services exploites par la Connex (principalement liee au materiel hors d'age...). Ceux-ci aurrait donc fait payer tres cher la Connex en lui supprimant la franchise...

    Pour National Express Group, ils sont, comme le dit BP, en grand difficulte. Il ont deja vendu leur "delegation de service public" pour une partie des bus de Londoniens a Ned Rail, alors que celles-ci genere un revenu stable et constant... Mais visiblement ils ont besoin urgent de liquidites...

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Bonjour,
    si je comprends bien le système anglais, on est proche du système de concessionnaire des compagnies de bus privé en région parisienne.
    exemple de Vélizy :
    La STIF finance un part des transport, le reste c'est à l'opérateur de faire une gestion afin de faire des bénéfs (accroitre la fréquentation en gros). La compagnie d'origine Gaubert ayant fait faillite, la concession a été reprise par Véolia, les chauffeurs gardant leurs avantages et salaires Gaubert, après 1 an, Véoli a dénoncé la concession car perdait de l'argent (la STIF refusant de renégocier sa partie du financement), et la concession a été réattribué à Phébus.

    Laisser un commentaire:


  • bertie63
    a répondu
    Bonjour Benoît

    Merci de ces précisions toujours bienvenues, en particulier chez nous où les conditions de fonctionnement du système anglais sont particulièrement mal connues et trop souvent l'objet de désinformation sur la quelle je ne m'étendrai pas. Cependant, quoique non connaisseur comme toi de ce sujet, je pense que l'on peut discuter (pinailler?) ce que tu dis sur la perte de franchise par Connex

    Envoyé par BP Voir le message
    .
    ... ce qui s'était déjà produit (reprise directe de l'exploitation par le DfT) pour les franchises de Connex, qui lui avaient été retirées non pas pour des raisons financières, mais à cause du non respect de son contrat en terme de qualité du service (retards, etc).
    J'avais à l'époque été amené a effectuer une synthèse de cette affaire que je trouvais particulièrement significative de phénomènes de désinformation organisée et de manipulation de l'opinion. La campagne contre Connex s'était donc appuyé sur les problèmes rencontrés dans le domaine, comme tu le dis, de la qualité de service, se traduisant par une image catastrophique auprès des utilisateurs et de la presse. Mais j'écrivais alors:

    "On notera cependant le point suivant: à la grande stupéfaction de ceux qui réclamaient cette mesure depuis longtemps, ce ne fut pas au nom de la mauvaise qualité de son service que Connex perdit sa franchise, mais pour une question peu claire de mauvaise tenue de ses livres comptables.On a la très nette impression que si l'on s'en était tenu au manque de respect de ses obligations de service, Connex aurait été en mesure de contre-attaquer en montrant que ses résultats n'avaient rien de déshonorant par rapport à ceux de ses confrères des autres réseaux."

    Il va sans dire que, constituant, pour la dernière phrase, une interprétation personnelle, celle-ci est évidemment discutable
    Dernière modification par bertie63, 03 July 2009, 08h39. Motif: orthographe

    Laisser un commentaire:


  • BP
    a répondu
    Envoyé par Volkmar Voir le message
    .Il s'agit bien du deuxième cas après le collapsus de la GNER. Si je parcours les média anglais, je vois bien écrit "rail crisis", "nationalisation" etc. Et il y a bien la crainte d'un effet domino. Le retour au privé as soon as possible, je me rappelle d'avoir déjà entendu au sujet des banques....
    Encore une fois, il ne s'agit pas d'une renationalisation à long terme (le gouvernement n'en veut pas), mais d'une mesure transitoire le temps de lancer un appel d'offre et de sélectionner un nouvel exploitant de la franchise (processus qui devrait prendre au moins un an).
    La comparaison avec les banques est absurde puisque la situation est très différente, à l'inverse des banques, le gouvernement vient de refuser un bail out de National Express East Coast, c'est à dire qu'il n'est pas question de lui prêter de l'argent ni de recapitaliser sa maison mère National Express Group (pourtant dans une situation financière délicate). [Sinon dans le cas des banques, le retour au privé va bien se faire as soon as possible, ça a déjà commencé aux USA, d'ailleurs pour des raisons assez peu avouables, mais c'est une autre histoire...]
    La situation actuelle n'est pas "le deuxième cas après le collapsus de GNER" puisque dans ce cas il n'y avait pas eu renationalisation. Après s'être vu retirer sa franchise (à la suite de la mise en liquidation judiciaire de sa société mère Sea Container), le GNER était resté en place pour expédier les affaires courantes sous la direction du DfT (par un management contract) le temps de refaire un appel d'offre pour un nouvel exploitant. Par contre la situation de renationalisation temporaire actuelle n'est pas inédite puisque c'est ce qui s'était déjà produit (reprise directe de l'exploitation par le DfT) pour les franchises de Connex, qui lui avaient été retirées non pas pour des raisons financières, mais à cause du non respect de son contrat en terme de qualité du service (retards, etc).

    Crainte d'un effet domino ?
    Il y a une possibilité de renationalisation des deux autres franchises de National Express (East Anglia et c2c), puisque la loi l'autoriserait (ce que conteste National Express), mais le ministre des transports à dit qu'il n'en était pas question pour l'instant (ces deux franchises ne sont pas en difficulté). Au delà de ces deux cas, les autres franchises ne sont pas dans une situation aussi désastreuse et les groupes de transports auquels elles appartiennent dans une meilleure situation financière que National Express (que son concurrent First Group a propose de racheter !) et il existe des mécanismes pour protéger les franchises en cas de chûte de leurs revenus (cap & collar), le cap plafonne les bénéfices des franchises qui, au delà d'une certain seuil au dessus des revenus prévus, sont reversés à l'état. A l'inverse le collar impose au ministère des transports de subventionner une part plus ou moins importante du déficit des franchises en cas de baisse des revenus en dessous d'un certain seuil déterminé au moment de la négociation de la franchise. Mais ce mécanisme de collar n'intervient que dans les dernières années de la franchise (il était prévu à l'origine pour pallier aux erreurs de prévisions à long terme des revenus d'une franchise) et ne peut s'appliquer qu'à partir de 2011 dans le cas de la franchise National Express, donc trop tard...
    Mais à l'heure actuelle, le ministère des transports n'a pas de difficultés particulières à trouver des exploitants pour les franchises qu'il soumet a appel d'offre, la franchise Southern vient d'être renouvelée, il y avait 4 candidats et celui choisi est le titulaire précédent (Go Ahead / Keolis) qui reste donc en place (et devra payer plus de 500 millions de £ de dividendes au DfT au cours de son nouveau contrat).

    Le cas de la franchise de National Express East Coast est assez particulier car la East Coast Mainline est la ligne la plus profitable du pays et par conséquent le ministère des transports a voulu en faire la franchise "vache à lait" du systeme et tirer un maximum de dividendes de NEx East Coast (1,4 milliars de £ sur la durée de sa franchise !) pour les redistribuer aux autres franchises subventionnées. Les brillantes têtes pensantes du ministère des transport ont imaginé qu'il était intelligent de remplacer un exploitant qui n'avait pas réussi à payer 1,3 milliard de £ de dividendes au ministère (le GNER) par un candidat qui proposait de payer 1,4 milliards de £ de dividendes (National Express East Coast), en se basant sur des prévisions d'augmentation de revenus de 10% par an sur la durée de la franchise. Tout ce système, déjà très optimiste dans un contexte de croissance, s'est bien entendu écroulé avec l'arrivée de la crise (les gens voyagent moins et en utilisant plus les tarifs réduits), et on arrive à la situation actuelle qui est un échec de la politique d'attribution des franchises du gouvernement, mais qui était tout de même assez prévisible.
    Il faudra revoir à la baisse les dividendes que les franchises versent au ministère pendant cette période de crise et le gouvernement va devoir mettre la main au portefeuille (via le système du collar) pour subventionner le manque à gagner des exploitants. Mais il n'est pas pour autant question de remettre en cause le système des franchises privées, le gouvernement travailliste ne le souhaite pas, encore moins le parti conservateur qui sera probablement au pouvoir l'an prochain après les élections générales (le parti travailliste suivant la route du PS en France en matière de lutte de clans et de réussite électorale...).
    Dernière modification par BP, 02 July 2009, 14h49.

    Laisser un commentaire:


  • NicholasNCE
    a répondu
    Cela fait maintenant quelques mois qu'on entendait parler de cette éventualité, on avait même émis l'hypothèse (utopique) d'une rénationalisation du transport ferroviaire voyageur au Royaume-Uni en cas de faillite majeur des franchises. Je respecte tout à fais la décision de Lord Adonis (ministre du transport et très pro-rail), si Natex avait obtenu une renégociation de contrat, c'était la porte ouverte à tous les autres possesseurs de franchises.

    J'espère que la décision de supprimer la voiture restaurant sera annulé, en effet, tous les rames n'ont pas pu subir la transformation depuis l'annonce faite en début d'année.

    Et dire que tous les rames n'ont même pas encore reçu la livrée Natex, et déjà une nouvelle qui s'annonce!! Il faudrait faire faire comme la franchise Scotrail qui a (depuis peu) une livrée indépendante de l'opérateur de la franchise...(Cette franchise dépend du parlement écossais et non du DFT). Ça économiserait des sous.

    Et je rajoute ce lien vers le blog d'un editeur de la BBC, très intéressant, l'article explique le montage financier derrière les franchises et le "peu" de risques encourues par la maison mère:
    http://www.bbc.co.uk/blogs/thereport...te_trains.html
    Dernière modification par NicholasNCE, 01 July 2009, 22h12.

    Laisser un commentaire:


  • Volkmar
    a répondu
    Envoyé par BP Voir le message
    il n'est pas question de renationaliser définitivement
    .

    Il s'agit bien du deuxième cas après le collapsus de la GNER. Si je parcours les média anglais, je vois bien écrit "rail crisis", "nationalisation" etc. Et il y a bien la crainte d'un effet domino. Le retour au privé as soon as possible, je me rappelle d'avoir déjà entendu au sujet des banques....

    Petit florilège :

    Rail crisis: London-to-Edinburgh route to be nationalised | Business | guardian.co.uk
    Britain's most profitable rail line to be nationalised - Times Online

    Désolé, pour le moment pas encore de média francophones ...

    Laisser un commentaire:


  • BP
    a répondu
    Envoyé par Alexis Voir le message
    nationalisation pleine et entière? Ou reprise par une société commerciale propriété d'état? Parce que l'époque n'est pas à la nationalisation et à l'embauche de fonctionnaires!!!
    Nationalisation, si ça se passe comme pour l'ex-franchise Connex de SouthEast. Mais il faut voir que ça ne va pas chercher loin en terme de capital puisque les franchises ne sont pas propriétaires de leur matériel. Le personnel quant à lui sera bien considéré comme fonctionnaire (un statut qui n'a pas les mêmes implications qu'en France), tout comme sont fonctionnaires actuellement les employés de Eurostar UK.

    Laisser un commentaire:


  • BP
    a répondu
    Envoyé par ABJ Voir le message
    Incroyable !!
    Première fluctuation d'un souffle de changement en Grande Bretagne ou évènement isolé ?
    Il ne faut pas se faire d'illusion, il n'est pas question de renationaliser définitivement. Le ministre a déjà dit que cette situation (que le DfT exploite la ECML directement) n'allait durer que le temps que le DfT fasse un appel d'offre pour une nouvelle franchise (envron 1 an), certainement avec des objectifs de versement de bénéfices du franchisé au ministère revus à la baisse.

    Laisser un commentaire:


  • Alexis
    a répondu
    Salut,

    nationalisation pleine et entière? Ou reprise par une société commerciale propriété d'état? Parce que l'époque n'est pas à la nationalisation et à l'embauche de fonctionnaires!!!

    Laisser un commentaire:


  • ABJ
    a répondu
    Incroyable !!
    Première fluctuation d'un souffle de changement en Grande Bretagne ou évènement isolé ?

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X