Home | Actualité | Matériel roulant | La CEH | Infrastructures | Europe | Galeries | Forum |

SARAJEVO

Sarajevo


Données générales :

* Population : 297000 hbts (402000 dans l'agglomération)
* Noms des habitants : Sarajeviens

Géographie naturelle :

la ville est traversée par la rivière Milijacka, et encerlée par 5 grandes montagnes du massif des Alpes dinariques :
Bjelašnica : 2067 mètres, sud-ouest
Igman : 1502 mètres, sud-ouest
Treskavica : 2088 mètres, sud
Jahorina : 1913 mètres, sud-est
Trebevic : 1627 mètres, sud-est

 Les Jeux Olympiques
C'est le 8 février 1984 que s'ouvre à Sarajevo les 10eme Jeux Olympiques d'hiver. Pour la première fois, c'est un pays socialiste qui acceuille les jeux : 1 272 athlètes représentant 49nations furent réunis. Les sites olympiques se répartisseent entre la ville (stade, patinoire) et les montagnes environantes : la station de Babin Do au pîed du sommet de Bjelasnica avec son tremplin de saut à ski. La seconde station est à 30 km au sd ouest de la ville village à Dobrinja. La cérémonie de cloture se déroule le 19 février 1984.

La guerre a détruit en grande partie les installations. Quelques pancartes rappellent encore ces olympiades. La paix est revenu et depuis, seules quelques remontées mécaniques et pistes de ski ont été réhabilitées. Dans l'espoir de la splendeur passée, Sarajevo s'est présentée pour les jeux olympiques de 2010. Elle en sera éliminée dès 2002.

 Bosnie : Liens du site

 

Visite de Sarajevo, capitale de la Bosnie-herzégovine.


La ville de Sarajevo fut fondée en 1262, par le général hongrois Cotroman ; elle s'appelait alors Bosnavar (ville de Bosnie). Il faut attendre le XVe siècle, l'islamisation de la région et la domination turque pour que la ville soit agrandie. Lors des guerres turques, Bosnavar est souvent disputée: elle tombe aux mains de Mathias Corvin, roi de Hongrie, en 1480. Pas moins de six incendies la ravagèrent entre 1480 et 1789. Son essor date de 1850, où elle devient le siège des plus hautes autorités islamiques. En 1878, elle accède au rang de siège de l'administration austro-hongroise de Bosnie-Herzégovine puis le siège de la diète. La ville est alors reconstruite dans le style de l'Europe centrale, tandis que les bazars et les mosquées de la ville orientale demeurent. Ses nombreuses écoles deviennent rapidement un foyer de nationalisme serbe et d'agitation anti-autrichienne.
Avec l'accord des services secrets de Belgrade, des serbes préparent les attentats de Sarajevo, dirigés contre l'archiduc héritier d'Autriche François-Ferdinand. Ce dernier échappe à un premier attentat le 28 juin 1914, mais au cours de la même journée, il est assassiné avec sa femme par un étudiant bosniaque.
En 1918, les notables de la ville proclameront le rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Yougoslavie en formation. Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville souffrira beaucoup des bombardements alliés. En 1944, lors de sa libération par les partisans de Tito, elle sera réincorporée à la Yougoslavie. Le régime socialiste y fondera une université en 1946. Les jeux Olympiques d'hiver s'y déroulèrent en 1984. À partir de mars 1992, Sarajevo a subi, de la part des forces serbes bosniaques hostiles à l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine, un long siège meurtrier et destructeur.

Sebij

Sebij, c'est à dire la place aux pigeons. C'est le coeur du magnifique quartier de Bascarsija (qui signifie vieux centre). Sur cette place, on trouve une fontaine construite dans la première moitié du 16ème siècle. L'eau arrivait d'une source située sur le mont Trebevic par l'intermédiaire d'un aqueduc de 6.5 km qui aujourd'hui a disparu. La source fut ensuite remplacée par le réseau d'eau de la ville par les Hongrois.
Depuis un siècle, la fontaine est surmontée d'un pigeonnier en bois. Autour de la place, on trouve encore toutes les maisons typiques
bosniaques ottomanes en bois, miraculeusement preservée durant la guerre.
La fontaine a également permis d'alimenter en eau le quartier durant le siège de la ville.
En 1659, Sarajevo comptait prés d'une centaine de fontaines. Aujourd'hui, il en reste seulement quelques une dans le centre

La Bibliothèque Nationale

La Bibliothèque Nationale a été construite en 1892 par Alexandre Wittek. Occupant le rôle de mairie de Sarajevo jusqu'à la seconde guerre mondiale, le batiment dans un style néo-maure a été transformé en bibiothèque au lendemain de la guerre. Mais dans la nuit du 25 au 26 août 1992, l'artillerie serbe atteint le prestigieux batiment, provoquant un énorme incendie, et la destruction de 2 millions de livres et documents, mémoire de la Bosnie. Sa restauration a débuté, de nombreuses années seront nécessaires pour que le bâtiment retrouve sa splendeur d'antant

La mosquée Gazi Husrev-Begova

Construite en 1530-1531 et oeuvre du persan Adjem Esir Ali, c'est la mosquée la plus importante de Bosnie. Son toit est constitué de quatre coupoles, la principale faisant 13 mètres de diamètre pour 26 mètres de hauteur.Le minaret mesure 45 mètres de hauteur. Son nom vient du fait que la mosquée abrite la tombe du gouverneur Gazi-Husrev-Begova.
Dans la cour de la mosquée se trouve le Sarvan où les fidèles se lavaient les pieds, la tête et les mains avant d'entrer dans l'édifice religieux

Sahat Kula

située à coté de la grande mosquée Gazi Husrev Begova, la tour de l'horloge a été construite à la même époque. Elle servait d'orientation pour les fidèles car elle était tournée dans les quatre sens du vent et chaque coté était visble de tout Sarajevo. Le sommet actuel date du 18ème siècle.

 Le siège de Sarajevo

C'est le 6 avril 1992 que début le siège de Sarajevo par les forces Serbes. La ville se retrouve coupée du monde, les approvisionnements en nouriture, matériaux de chauffages se faisant difficilement. La vie pour les sarajeviens est infernale. En vertu des résolutions 981 et 1025 du Conseil de sécurité de l'ONU, un pont aérien est organisé pour ravitailler Sarajevo en matériel de secours, les Bosno-serbes acceptants le 5 juin 1992, le pret de l'aéroport à l'ONU. Jour et Nuit, des avions attérissent sur les pistes de l'aéroport sarajeviens pour y laisser des denrées alimentaires, des médicaments... Ce pont aérien, baptisé "AirBridge" est le plus long pont aérien de l'histoire, bien plus long que le célèbre pont aérien de Berlin qui a eu lieu en 1948-1949.

Mais sur terre, les choses s'organisent aussi. En effet, les sarajeviens construisent un tunnel de fortune sous Sarajevo : construit de janvier à juillet 1993, ce tunnel de 800 m a permis, en passant sous l'aéroport, d'etre pendant longtemps le seul point d'entrée et de sortie de la ville. Par lui transitaient soldats, armes, nourritures et même le seul cable électrique permettant une alimentation de la ville ! L'histoire de ce tunnel est d'autant plus remarquable qu'il n'a jamais été découvert par les armées serbes encerclant la ville. Néanmoins, les conditions de traversées étaient difficiles : Le tunnel était souvent innondé (jusqu'à 1 mètre d'eau), et les éboulements ou les dangers électriques vis à vis du cable n'étaient pas négligeables. Une petite partie de ce tunnel a été sauvegardée, et est ouvert aux visiteurs.

Le 2 août 1993, le Mont Igman tombe dans les mains des forces Serbes, mettant Sarajevo à leur merci. En effet, position réellement stratégique, le mont Igman qui culmine à 1400 m. surplombe le quartier musulman de Butmir ainsi que les pistes de l’aéroport. L'OTAN menace alors les forces Serbes de bombardement, qui entament quelques jours après, un retrait des sommets du Mont Igman. Le 17 novembre 2003, les musulmans débutent la construction d'une mosquée tout en bois, au coeur du massif

Le siège de Sarajevo est finalement levé le 26 février 1996. Son bilan est lourd : 10.000 morts, 50.000 blessés. L'autre conséquence du siège est la modification démographique de la ville : De 500.000, Sarajevo passa à environ 350.000 habitants tandis que sa composition ethnique était littéralement chamboulée. Les Bosniaques passèrent de 251.000 à 309.000 personnes. Parallèlement, les 35.000 Croates ne sont plus que 19.000 à présent mais, surtout, Sarajevo a vu fondre sa population serbe, passée de 133.000 à seulement 16.000 personnes.


Copyright © 2000-2009 Trains-En-Voyage Mentions légales Dernière mise à jour : 01/06/2009